Nos billets
de blogue!

Revenez nous voir souvent pour découvrir nos articles portant sur la santé dentaire.

Agir sur la carie dentaire

Au départ, un simple mal de dent est ressenti. D’abord intermittent, il se présente, à ce moment, surtout lorsque l’on mord dans des aliments plus chauds ou plus froids. Mais rapidement, la douleur augmente, jusqu’à devenir insupportable. La joue peut alors présenter une rougeur et une enflure, facilement perceptible. Et s’il s’agissait d’une carie dentaire?

 

Les causes de la carie dentaire

Il existe différentes causes pouvant mener au processus de formation de la carie dentaire. Parmi celles-ci, quatre (4) sont plus susceptibles d’être rencontrées, à un moment ou à un autre de notre vie.

 

Hygiène

L’hygiène buccodentaire négligée reste la cause la plus fréquente de carie dentaire. C’est-à-dire que le brossage des dents n’est pas effectué correctement, ni à une fréquence régulière. La technique à appliquer demeure primordiale. Autrement, on peut ouvrir la porte aux bactéries, bien sans le vouloir. L’utilisation de la soie dentaire et d’un dentifrice additionné de fluor sont également des éléments contribuant à la santé buccodentaire.

 

Sucre

La consommation d’aliments et de boissons sucrées peut également enclencher le processus de formation de la carie dentaire. Le sucre et les bactéries présentes dans la bouche se déposent sur les dents, sous forme de plaque dentaire. Si elle n’est pas éliminée au brossage, celle-ci se transforme en acidité et attaque l’émail de la dent, jusqu’à former de minuscules petits trous. La carie sera alors bien installée.

 

Éviter les traitements

Pour toutes sortes de raisons, il peut arriver d’omettre de faire traiter une carie. Cela a pourtant des effets néfastes pour la santé des dents, pouvant entraîner diverses conséquences. Si une carie est toute petite au départ, le temps peut contribuer à l’aggraver considérablement, jusqu’à conduire à des complications non souhaitables.

 

Sécheresse buccale

Souffrir de cette affection peut contribuer à augmenter le risque de carie dentaire. En effet, la salive contribue au nettoyage naturel des dents. La sécheresse buccale peut survenir à la suite de traitements de radiothérapie ou de chimiothérapie reçus (tête et cou), de la prise de certains médicaments, du tabagisme ou être reliée à une défaillance d’une glande, responsable de la formation de la salive.

 

L’évolution de la carie dentaire

Au départ, le processus de formation de la carie dentaire peut être insidieux, c’est-à-dire qu’il peut apparaître sans laisser de trace et s’installer de façon silencieuse. En effet, à ce premier stade de développement, souvent aucune douleur ni aucun symptôme ne sont ressentis. La carie s’attaque alors à la couche extérieure de la dent : l’émail.

C’est lorsqu’elle atteint la seconde couche, c’est-à-dire la dentine, qu’une certaine forme d’inconfort peut être ressenti par le patient. La douleur apparaîtra surtout au moment de mordre dans des aliments plus chauds ou plus froids. Il faudrait déjà, à ce moment, que la dent affectée puisse avoir été traitée. C’est-à-dire qu’elle devrait avoir reçu les soins minutieux du spécialiste buccodentaire; à savoir une restauration adéquate en composite (plombage « blanc ») ou en amalgame (plombage « gris »).

Si la carie touche la pulpe dentaire, le patient ressentira alors une douleur vive et soutenue. Il s’agit de ce que l’on pourrait convenir d’appeler une « rage de dent ». Si cette partie de la dent est atteinte et qu’aucune intervention n’est effectuée, certaines complications, notamment un abcès dentaire, peuvent alors se manifester et entraîner des conséquences plus importantes.

 

Prévention

La meilleure forme de prévention possible, pour éviter la carie dentaire, reste le brossage de dents régulier, appliqué avec soin, et l’utilisation de la soie dentaire. Il n’en demeure pas moins que des visites régulières auprès du dentiste pourront prévenir la formation des caries, mais aussi leur développement. En effet, les examens et actions mécaniques posées par l’expert dentaire et son équipe contribuent à réduire les risques d’apparition et feront en sorte que la détection d’une toute petite carie, n’affublant pas encore le patient de symptôme, sera possible. En agissant le plus tôt possible, les dommages causés seront limités et affecteront dans de moins grandes proportions, les couches des dents plus profondes.

 

Les douleurs dentaires sont très désagréables et peuvent nuire aux activités de la vie quotidienne. La seule façon d’obtenir un diagnostic fiable et surtout, d’être soulagé efficacement, reste de consulter un dentiste aux moments opportuns. En tant qu’expert, celui-ci est en mesure d’effectuer une analyse en profondeur et d’exécuter tous les examens nécessaires, pour s’assurer d’agir en prévention ou, le cas échéant, de proposer le bon traitement. Ses connaissances et son savoir-faire savent rassurer, autant que soulager. Suivre les recommandations du calendrier des visites et avoir une bonne routine d’hygiène buccale sont les meilleurs gestes à poser, pour s’assurer d’avoir une bouche saine et en santé.

Comprendre la plaque et le tartre

Quelle est cette matière blanchâtre qui se forme sur vos dents et qui semble disparaître après le brossage ? Est-ce du tartre ?

Dans ce premier article, les thèmes de plaque et de tartre dentaires seront abordés. Vous découvrirez comment ces éléments se manifestent, leurs conséquences et comment les prévenir.

 

La formation de la plaque

D’abord la plaque, aussi appelée biofilm dentaire, est une substance blanchâtre et collante qui adhère à la surface des dents. Sa formation est due au fait que la bouche abrite naturellement un grand nombre de bactéries. Ces dernières utilisent les résidus de nourriture pour se multiplier et créent, par le fait même, le biofilm dentaire. De ce fait, il s’accumule après chaque repas, et ce, chez tout le monde.

L’amas de plaque est toutefois variable d’un individu à l’autre. Cela peut être causé par une variété de facteurs, comme l’hygiène dentaire, la consommation de tabac, certains problèmes de santé, divers médicaments, la quantité et l’acidité de la salive, etc.

Une transformation en tartre

En ce qui concerne la formation du tartre, il s’agit de la calcification de la plaque dentaire. Lorsque cette dernière n’est pas adéquatement éliminée par une hygiène dentaire appropriée, elle durcit et se transforme en cette substance jaunâtre qui adhère fermement à la surface des dents.

 

Comment différencier la plaque et le tartre et leurs conséquences

Premièrement, au niveau de la teinte, la plaque est blanchâtre tandis que le tartre est jaunâtre ou brunâtre, selon sa localisation. La plaque se développe normalement au-dessus de la gencive, contrairement au tartre qui peut aussi se former en-dessous. S’il est au-dessus, il est jaunâtre, tandis qu’en-dessous, il prend une coloration plus foncée, marron ou noire.

Deuxièmement, l’élimination des deux substances diffère. La plaque est enlevée par le brossage, la soie et l’utilisation de microbrosettes dentaires. Le tartre, quant à lui, nécessite une visite chez le dentiste. L’hygiéniste doit le retirer précautionneusement à l’aide de divers instruments.

Troisièmement, les conséquences de la plaque et du tartre sont différentes. La première mène à la gingivite, à la carie et à la mauvaise haleine. Le second cause la parodontite, c’est-à-dire une atteinte à l’os qui supporte les dents et la gencive.

 

La plaque et le tartre sont prévenus par quatre mécanismes

  • Un brossage quotidien, soit 2 à 3 fois par jour,
  • L’utilisation de soie et de microbrosettes dentaires 2 fois par jour
  • Une alimentation saine
  • Des rencontres semi-annuelles chez le dentiste

Ces actions ralentissent la formation du biofilm et du tartre dentaire. Comme mentionné précédemment, seule une visite chez le dentiste peut éliminer le tartre.

 

En conclusion

Si vous voulez préserver votre beau sourire, il faut prendre soin de vos dents et nous consulter régulièrement !

 

Lisez-nous prochainement pour en apprendre davantage sur la carie dentaire.